La Poste: la gauche sénatoriale lance la bataille contre le projet de loi

Dépèche AFP du 20/10/09 ♦ Auteur: Suzette Bloch

La PosteLa gauche sénatoriale a lancé mardi la bataille contre le projet de loi sur La Poste qui entame son parcours parlementaire en commission des Affaires économiques du Sénat alors que les syndicats annoncent une nouvelle campagne de mobilisation.

Après le succès de la “votation populaire” du 3 octobre contre le changement de statut de La Poste, les présidents des trois groupes PS, Communiste et parti de Gauche (CRC-SPG) et RDSE, Jean-Pierre Bel, Nicole Borvo Cohen-Seat et Yvon Collin, ont voulu présenter un front uni. Accompagnés de représentants du Comité national contre la privatisation de la Poste (CNPP), ils ont annoncé, lors d’une conférence de presse commune, leur opposition “la plus ferme possible” “à ce premier pas vers la privatisation”.

“On ne s’interdit rien”, “la bataille sera à l’intérieur (du Sénat) mais aussi à l’extérieur”, a averti le représentant du CNPP, Nicolas Galepides.

Il a notamment annoncé l’installation à partir du 2 novembre, début de l’examen en séance, d’une “veille citoyenne” devant le Sénat et le lancement d’une campagne d’envoi de cartes postales à Nicolas Sarkozy demandant l’organisation d’un référendum sur La Poste.

“Ce texte conduit à la privatisation, notre combat est aussi symbolique car il s’agit du maintien d’un service public de proximité”, a déclaré Jean-Pierre Bel.
 
“Nous lançons un défi à tous les sénateurs quel que soit leur groupe, vous avez vos électeurs, est-ce que vous allez encore une fois leur mentir et voter probablement la disparition” de La Poste, a renchéri Nicole Borvo. “Nous allons nous entraider pour essayer d’arrêter la discussion de ce texte”, a-t-elle ajouté.

Une motion référendaire des trois groupes, visant à soumettre le texte à référendum, sera présentée à l’ouverture du débat.

La Poste est “la vache sacrée du service public, il ne faut pas y toucher”, “plus de 2 millions de français ont participé à un référendum citoyen, cela a du sens”, a souligné Yvon Collin.
“La votation citoyenne a permis de voir que La Poste n’est pas une société anonyme”, a ajouté Jean Desessard (Verts, apparentés au groupe PS).

L’opposition va par “un nombre important d’amendements et de prises de parole” “tout faire” pour s’opposer au changement de statut, a expliqué le principal orateur PS sur le texte, Michel Teston.
Jean-Claude Danglot, chef de file du groupe CRC sur le projet, a mis en garde contre les “garde-fous” que la majorité pourrait mettre pour prévenir une privatisation. “Aucun exemple nous prouve que les bonnes intentions pourront être maintenues dans l’avenir”, a-t-il dit, rappelant que GDF a été privatisée alors que Nicolas Sarkozy avait promis le contraire.

Le rapporteur UMP du texte, Pierre Herisson, doit présenter une trentaine d’amendements dont l’un garantit que la Poste restera à 100 % publics (Etat et personnes morales de droit public). Le gouvernement devrait soutenir cet amendement, indique-t-on au groupe UMP.

Devant l’ampleur de l’affrontement qui se profile, le gouvernement est monté au créneau. Le cabinet de François Fillon a ainsi rendu publique mardi une lettre du Premier ministre à tous les maires leur assurant que la transformation de La Poste en société anonyme à capitaux publics était “le contraire d’une privatisation”.

La veille, le ministre de l’Industrie, Christian Estrosi, avait mobilisé l’encadrement de la Poste pour qu’il défende auprès du public le changement de statut.

À suivre:

> Lire le dossier : Défense du service public postal

Revue de presse:

> “Au Sénat, la droite a eu un comportement idéologique sur La Poste”
> Le débat sur la Poste consacre la mise au pas du Parlement et le mépris des Français
> Le projet de loi sur la Poste à la peine tout le week-end au Sénat
> La Poste imprivatisable ? un écran de fumée…
> La gauche sénatoriale demande un référendum au gouvernement
> Le Sénat se prépare à un affrontement sévère sur le statut de la Poste
> La gauche sénatoriale lance la bataille contre le projet de loi
> Privatisation de La Poste : retrait du projet de loi !