Genac : au coeur des préoccupations de la municipalité, l’école montre ses investissements

4 avril 2010 | Actualités / Sénat
[ Article Charente Libre du 02/04/10 ]

 

Visite de l'école de Genac
La sénatrice Nicole Bonnefoy en visite à l’école primaire. Photo Marie-France Dumout

 

Sur le chemin de la sénatrice Nicole Bonnefoy, venue visiter la commune, l’école a été l’objet d’une observation attentive. “En me rendant dans les quatre cent quatre communes du département, j’aime aller à la rencontre de personnes comme vous qui êtes au centre de l’activité municipale” annonçait l’élue charentaise. Les remarques agréables s’adressaient au maire Franck Pinaud, et à ses collègues élus en charge des écoles, Odette Jourdain et Eric Couvidat. Sensible au cadre de vie et au bien-être des enfants, le conseil municipal avait voté, en 2008, à l’unanimité, une demande de subvention dans le cadre du fond régional d’initiative locale (FRIL), afin d’équiper à neuf, en mobilier, les trois classes de l’école primaire. Nicole Bonnefoy a été impressionnée par le choix du mobilier, avec tables réglables en fonction de la taille des enfants et chaises ergonomiques. Ce ne sont pas Jérôme, Vanessa et leurs petits copains qui vont se plaindre de ce nouveau matériel livré à leur retour de vacances. À la rentrée des classes, les élèves avaient également découvert une salle de restauration équipée à neuf. Terminé le vacarme qui règne trop souvent dans les cantines, les tables et chaises antibruit accompagnent des repas plus calmes, où chacun s’entend parler. La subvention du FRIL avait également permis l’achat d’une armoire de maintien en température. Participant au plan national nutrition santé (PNNS), la restauration scolaire s’appuie sur le circuit court impulsé par l’association “Régalade”. Ce vendredi midi, invitée à déjeuner par la municipalité, la sénatrice a pu vérifier l’authenticité de la démarche, en goûtant à la salade de Jacky Esnault, producteur à Saint-Amant de Nouère, à la brandade de morue maison, fabriquée à base de poisson frais de La Cotinière. Le dessert se composant de yaourts bio de la ferme de Bel Air de Michel Antoine à Saint-Mary. Franck Pinaud est très satisfait d’annoncer “qu’avec un repas de cette qualité, les parents ne paient que 2,25 euros”. Le travail de chacun est si bien valorisé, que la qualité en est assurée. Pour preuve de la recette, les quatre-vingt-sept élèves de l’école sont tous inscrits à la cantine.

Auteur : Marie-France Dumout