Sénateur et Conseillère générale de la Charente

L’échangeur tombe à l’eau

[ Article Sud Ouest du 24/03/12 ]

L'échangeur tombe à l'eau

Face au blocage de la mairie, Cosea abandonne la construction d'un demi-échangeur sur la RN 10 à Mansle. Nicole Bonnefoy dénonce l'attitude de la municipalité.

Les camions venant du nord traverseront le centre-ville de Mansle pour aller à la base LGV de Villognon, en attendant l'aménagement d'une piste provisoire. Photo : C. Levain

Les camions venant du nord traverseront le centre-ville de Mansle pour aller à la base LGV de Villognon, en attendant l'aménagement d'une piste provisoire. Photo : C. Levain

Le Conseil municipal de Mansle a voté l'interdiction de circulation des poids lourds dans la rue Paul-Mairat. Une décision lourde de conséquences. En validant cette délibération, la municipalité mansloise, et son édile Michel Harmand, ont bloqué le projet d'échangeur sur la RN 10 au sud de Mansle.

Pour bien comprendre ce dossier, il convient de rappeler que la construction d'un demi-échangeur est prévue au sud de Mansle, dans le cadre du programme de modernisation des itinéraires (PDMI). Pour compléter cette demie proposition, la sénatrice Nicole Bonnefoy avait obtenu que Coséa, constructeur de la LGV, transforme un demi-échangeur provisoire en échangeur définitif. Cet échangeur aurait permis aux camions de rejoindre la base de Villognon, point névralgique du chantier LGV, via la rue Paul-Mairat que le Conseil général promettait à l'avenir de recalibrer en route départementale. Veto du maire Michel Harmand qui n'entend pas voir passer les camions par la rue Paul-Mairat.
Jeu dangereux

Fatiguée d'attendre, la société Cosea a fait savoir à Nicole Bonnefoy qu'elle jetait l'éponge. Furieuse, la sénatrice estime que la décision de Michel Harmand nuit à l'intérêt général du territoire : « Je ne suis pas la seule à regretter l'attitude du maire de Mansle. Le monde économique charentais ne comprend pas non plus… Sa décision a anéanti l'occasion unique de voir créer un échangeur complet au sud de Mansle immédiatement. Que va gagner le territoire ? Une piste aménagée par Coséa qui va traverser les champs, de la route de Saint-Amant-de-Boixe à la route de Cellettes. La création de cette piste prendra au moins dix mois en raison des autorisations administratives à obtenir. D'ici là, les camions qui viennent du nord pour le chantier LGV engorgeront un peu plus le centre-ville de Mansle, ce qui va créer encore plus d'insécurité pour les Manslois. Une fois la piste créée, ces mêmes poids lourds seront invités à sortir à Tourriers pour reprendre la RN 10 dans l'autre sens, vers Mansle, et accéder à la piste provisoire ».

À la fin des travaux LGV, la piste « sera détruite pour une remise en l'état comme à l'initial, à moins que le maire de Mansle souhaite l'aménager et se l'approprier aux frais de sa commune », ajoute Nicole Bonnefoy. « Michel Harmand a joué un jeu dangereux. L'occasion ne se représentera pas de sitôt », conclut la sénatrice qui a choisi d'informer par courrier élus et habitants du secteur. [...] Article Sud ouest

Dossier :

Dossier : Échangeur complet au sud de Mansle
Dossier : Moderniser les routes RN 10 et RN 141

En savoir + :

Diaporama du PDMI de la DREAL Poitou-Charentes

Revue de presse :

L'échangeur de Mansle sur les rails
Pont ou bretelle : Faut-il choisir ?
L'échangeur de Mansle retrouve ses bretelles
Mansle dit «non» à tout depuis 200 ans !
Mansle se prive d'un échangeur complet
L'échangeur tombe à l'eau
Des camions indésirables à Mansle
Nicole Bonnefoy persiste et signe
Michel Harmand appelle les élus à bloquer la RN 10
RN 10 : La nouvelle donne

Laissez une réponse


Note : Une fois envoyé, votre commentaire devra être validé par le modérateur.