Sénateur et Conseillère générale de la Charente

Courrier : Nicole Bonnefoy écrit au Préfet de Région concernant le projet d’électrification de la ligne ferroviaire Angoulême Saintes Royan

09/02/18 | Courrier de Nicole Bonnefoy au Préfet de Région Nouvelle-Aquitaine

Nicole Bonnefoy écrit au Préfet de Région concernant le projet d'électrification de la ligne ferroviaire Angoulême Saintes Royan

Monsieur le Préfet,

Le 1er février dernier, le Conseil d’Orientation des Infrastructures (COI), présidé par M. Philippe DURON, a, comme vous le savez, rendu un rapport très attendu qui déterminera vraisemblablement les grandes orientations de la stratégie gouvernementale en matière de programmation des investissements dans les infrastructures pour les dix prochaines années.

Le rapport est assez critique à l’égard des projets d’électrification de certaines lignes ferroviaires au nombre desquelles figure la ligne Angoulême-Saintes-Royan. S’il est favorable à la poursuite du projet de renouvellement de l’infrastructure (à venir) ainsi qu’à celle des travaux de signalisation (en cours mais retardé de trois années avec une mise en service prévue au mieux en 2024), il recommande cependant l’abandon du projet d'électrification de la ligne.

Pour rappel, ce projet d’électrification figurait déjà en filigrane dans le CPER 2007-2013 de la Région Poitou-Charentes. Reporté dans le CPER actuel pour un montant estimé à 120 M€ en 2015, il est aujourd’hui réévalué à 180 M€ minimum. Le Département de la Charente, où je siège également, doit pour sa part contribuer à cette opération pour un montant de 16 M€ (inscription CPER) qui pourrait être revu à 24 M€ si l’on conserve la même clé de répartition sur le montant réévalué de 180 M€.

Monsieur Philippe DURON a été auditionné par la commission de l’aménagement du territoire et du développement durable du Sénat le mercredi 7 février dernier. J’ai saisi l’occasion pour l’interroger plus précisément sur l’avenir de ce projet d’électrification.

De manière générale, et plus précisément lorsqu’il s’agit d’engager une dépense publique, j’ai l’habitude de regarder ce qui se fait ailleurs. Or, il s’avère que nous pouvons fonder beaucoup d’espoirs sur les matériels roulants bi-mode ainsi que sur les trains à hydrogène.

Vous le savez, Alstom maîtrise cette technologie et produit déjà ces trains. Mieux, le Land Allemand de Basse-Saxe en a acheté 14 exemplaires en novembre 2017. On sait par ailleurs que nos amis Allemands vont investir dans la recherche pour obtenir de l’hydrogène « 0 pollution », c’est-à-dire fabriqué sans émission de gaz à effet de serre et donc qu’à terme, cette technologie s’avèrera moins coûteuse et moins polluante que des trains électriques (énergie nucléaire) circulant sur une ligne électrifiée hors de prix.

A la question de savoir si la technologie des trains à hydrogène était suffisamment avancée et donnait suffisamment de garanties, notamment en matière de vitesse de circulation et de qualité de la prestation, pour que l’on puisse renoncer à l’électrification prévue de longue date de la ligne ferroviaire entre Angoulême-Saintes et Royan, Philippe DURON a répondu qu’il fallait faire cette expérimentation.

Je partage son avis, car tout semble donc indiquer que l’électrification de la ligne réponde à une attente du XXème siècle pour une technologie du XXème siècle. Le XXIème siècle roulera à l’hydrogène !

L’expérimentation des trains à hydrogène, notamment sur la ligne Angoulême-Saintes-Royan, semble donc être une réponse de bon niveau, pertinente et efficace. Elle pourrait par ailleurs fournir un excellent tremplin pour l’industrie ferroviaire française.

Pour toutes ces raisons, Monsieur le Préfet, je souhaiterais dans la mesure du possible, que cette ligne puisse faire l’objet d’une expérimentation en Nouvelle-Aquitaine et qu’à l’occasion de la revoyure prochaine du CPER, l’Etat envisage de réaffecter les crédits prévus pour l’électrification, sur d’autres opérations très importantes pour notre département. Je pense notamment à la rénovation indispensable de la ligne ferroviaire entre Angoulême et Limoges, dont la Région a fait une priorité, ou la mise à 2x2 voies de la RN 141 que nous attendons avec une très grande impatience, notamment pour des raisons de sécurité.

La Charente est un territoire que je veux tourner vers l’avenir. Les enjeux restent les mêmes qu’hier (désenclavement du territoire, création de dynamiques territoriales et économiques) mais les solutions que nous pouvons apporter ensemble évoluent. Nous avons aujourd’hui l’opportunité d’innover en économisant de l’argent, du temps et des ressources écologiques. J’espère donc que vous accepterez d’envisager les propositions que je formule et que j’ai également eu l’occasion d’adresser à Monsieur le Président de Région.

Dans l’attente de votre réponse, je reste à votre entière disposition pour échanger sur le sujet et vous prie d’agréer, Monsieur le Préfet, l’assurance de ma parfaite considération.

Nicole BONNEFOY

Dossier :

Intervention : Nicole Bonnefoy interroge M. Philippe Duron, Président du Conseil d'Orientation des Infrastructures
Courrier : Nicole Bonnefoy écrit au Préfet de Région concernant la ligne ferroviaire Angoulême Saintes Royan
Vidéo : Audition en Commission de M. Philippe Duron, Président du Conseil d'Orientation des Infrastructures

Revue de presse :

SNCF : La Charente tient à la ligne Angoulême-Limoges

Laissez une réponse


Note : Une fois envoyé, votre commentaire devra être validé par le modérateur.