Sénateur et Conseillère générale de la Charente

Question écrite : Prolifération du frelon asiatique

Prolifération du frelon asiatique02/12/10 | Question écrite de Nicole Bonnefoy

Prolifération du frelon asiatique

Question écrite n° 16263 de Mme Nicole Bonnefoy à Mme la ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement.

Objet de la question : Mme Nicole Bonnefoy attire l'attention de Mme la ministre de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement sur la prolifération du frelon asiatique, Vespa velutina nigrithorax, devenu un véritable fléau dans le département de la Charente.
Le frelon asiatique, dernière espèce invasive à sévir sur notre territoire, se nourrit abondamment d'abeilles ; à ce titre, il occasionne des préjudices non négligeables aux apiculteurs déjà en crise du fait de la surmortalité des abeilles, en menaçant les ruchers et essaims.

De plus, même s'il n'a pas été démontré qu'il soit plus agressif que notre frelon autochtone, la présence du frelon asiatique constitue une menace pour les particuliers, qui entreprennent d'éliminer eux-mêmes les nids qui sont le plus souvent situés à grande hauteur (avec des modes de destruction dangereux, toxiques, polluants et même parfois extravagants) ; les chutes accidentelles graves seraient en recrudescence.

Enfin, il se pose aussi la question des conditions d'intervention ou de non-intervention des pompiers pour la destruction des nids de frelon. Les centres d'incendie et de secours n'intervenant plus qu'en cas de danger sur la voie publique, les particuliers doivent à leurs frais faire détruire les nids par des sociétés privées, nids souvent situés à la cime des arbres, nécessitant l'utilisation d'une nacelle, d'où un coût difficilement supportable (entre 150 et 1 000 €).

Au mois de janvier 2010, le Gouvernement avait indiqué qu'un projet d'arrêté visant à classer le frelon asiatique comme espèce invasive était en préparation. Il indiquait également qu'une mission interministérielle était en cours afin d'étudier des solutions techniques fiables pour le contrôle de l'espèce. Dix mois après, le rapport de cette mission n'est toujours pas paru. Alors que le début de l'automne fait apparaître de nombreux nids de frelons asiatiques, il y a une réelle urgence à organiser la destruction des nids.

Aussi, elle souhaite savoir, d'une part, à quelle date la mission interministérielle rendra enfin son rapport et, d'autre part, quelles mesures l'État compte prendre quant à la prise en charge financière de la destruction des nids.

En savoir + :

Réponse écrite : Prolifération du frelon asiatique (question n° 06728)
Question écrite : Prolifération du frelon asiatique (n° 06728)
Question écrite avec réponse : Prolifération du frelon asiatique (n° 09570)
Note d'information : Le Conseil général vote un plan de lutte contre le frelon asiatique
Tribune libre : Organisation d'un débat au Sénat sur la prolifération du frelon asiatique
Vidéo : Question orale avec débat : Lutte contre la prolifération du frelon asiatique
Vidéo : Question orale : Prolifération du frelon asiatique
Proposition de loi tendant à créer un fonds de prévention contre la prolifération du frelon asiatique
Tribune libre : Dépôt d'une proposition de loi visant à créer un fonds de prévention contre le frelon asiatique
Vidéo : Question orale : Prolifération du frelon asiatique en Charente
Question écrite : Prolifération du frelon asiatique (n°16263)

Revue de presse :

Frelons asiatiques : déjà 936 nids détruits en Charente
Le Département en guerre contre le frelon asiatique
Nicole Bonnefoy contre les frelons asiatiques

1 Réponses »

  1. Cette question est en effet très importante et j'ai moi-même eu l'occasion d'écrire plusieurs articles dans Charente Libre à ce sujet (je suis correspondant local sur Champniers). Les apiculteurs sont seuls face à cette nouvelle menace et font de l'information auprès des particuliers pour réaliser des pièges à peu de frais. Mais ce qui est scandaleux, c'est la position de l'État qui l'an passé, je crois, a distribué des fiches dans les mairies indiquant que ce frelon n'était pas si dangereux, et que jamais une espèce importée n'avait pris le dessus sur une espèce locale. Or, depuis son arrivée à Bordeaux en 2005, cette espèce très prédatrice pour les abeilles avance sur tout le territoire, les nids se multiplient, souvent découverts très tard par les particuliers qui ne savent souvent pas quoi faire et se refusent à payer très cher pour les éliminer. Certaines fois cela se termine par un coup de fusil, ce qui est pourtant à bannir, car cela les disperse.
    Encore un sujet où l'État est en-dessous de tout ! Je vous remercie d'attirer l'attention de la ministre sur ce sujet.

    Gérard Mathé - Correspondant Charente Libre - Champniers

Laissez une réponse


Note : Une fois envoyé, votre commentaire devra être validé par le modérateur.