Sénateur et Conseillère générale de la Charente

Aéroport Brie-Champniers : Monsieur Bonneau a perdu son plan de vol

02/05/17 | Communiqué de Charente à Gauche

Aéroport Brie-Champniers : Monsieur Bonneau a perdu son plan de vol

Il y a quelques années encore, François Bonneau, alors flamboyant leader de l’opposition départementale, n’avait pas de mots assez durs pour critiquer la gestion de l’aéroport Brie-Champniers et du Syndicat mixte des aéroports de la Charente (SMAC). Il défendait mordicus l’ouverture de lignes commerciales régulières.

Nous sommes en 2017, et voici plus de deux ans que Monsieur Bonneau est président du Conseil départemental : Où en sommes-nous ?

Un rapport remis aux membres du SMAC voici quelques semaines démontre clairement, chiffres à l’appui, qu’il n’y pas d’avenir pour des vols low cost réguliers sur cet aéroport.

L’impact économique serait en effet bien trop faible comparé à l’investissement que devrait consentir le SMAC. Par ailleurs, la concurrence d’un aéroport comme celui de Bordeaux et l’arrivée imminente de la LGV rendaient encore moins crédible cette possibilité.

Le Comité syndical extraordinaire réuni ce jour a donc acté que le futur de l’aéroport passerait par le développement de l’aviation d’affaires mais aussi l’installation et le développement d’activités économiques ou de formation.

L’ambition de François Bonneau connaît donc quelques ratés au décollage. La décision du SMAC conforte la position défendue depuis plusieurs années par Nicole Bonnefoy, qui a présidé le Syndicat jusqu’en 2015.

Les membres du SMAC ont également validé le principe d’une gestion de l’aéroport Brie-Champniers en régie directe à compter du 1er janvier 2018, suivant en cela les recommandations du rapport et de Nicole Bonnefoy, ex- présidente du SMAC.

En savoir + :

Site : Groupe des élus de gauche

Revue de presse :

Conseil départemental : La gauche trouve enfin sa voix
Gros sous au Département

Laissez une réponse


Note : Une fois envoyé, votre commentaire devra être validé par le modérateur.